English Dutch French German Greek Italian Spanish
Seance-d-essai-Yi-Quan (2).gif
Prochainement
Dernière mise à jour le
15 Juin 2017

Le Tui Shou ou Poussée des mains

Email

Le Tui Shou, ou "poussée de mains", est le Shi Li avec un partenaire. Pendant cette étape, la force multidirectionnelle pour le combat Hun Yuan Li, est testée en permanence.
Les techniques se font par le contact des avant-bras. On peut pousser, tirer ou renverser quelqu'un avec les mains, les avant-bras, l'épaule ou le corps tout entier. Au niveau confirmé, des frappes sont introduites avec la main ouverte, le poing, le coude, le genou, la tête...

Il y a deux types d'entraînement : le Tui Shou à une main puis à deux mains, sur place et en déplacement. On y développe le sens du toucher et on y apprend à contrôler l'axe de son opposant tout en protégeant le nôtre. On s'exerce ainsi à toujours bien placer le centre de gravité, qui est conditionné par le déplacement. C'est ce qu'on appelle en langage codé "maîtriser la notion du plein et du vide". Nous étudions aussi l’application des lois biomécaniques comme les leviers, les forces centrifuge, centripète, en diagonale ou en spirale.


&
& Tui Shou: enracinement, puissance, réactivité,
contrôle et déséquilibre de l' opposant

L’efficacité des poussées de mains dépend des justes appuis, de la flexion, de l’écart des jambes et des déplacements. Une bonne position montre que le pratiquant a compris comment amener la force (Li) jusque dans ses mains.
Ce travail s’apprend pendant les étapes de postures, d'"essayer la force", de la marche et de "sortir la force". Le Tui Shou n’est qu’une application et une suite de ces phases.
Le Tui Shou, au début de l'apprentissage, par l’absence de percussions, est la face « homéopathique » du combat libre. Elle sert, par exemple, à l’apprentissage du coup de poing direct du bras avant. Ce qui différencie les deux techniques, c’est que l'une est une poussée à main ouverte et l'autre, une percussion avec le poing. Les divers éducatifs intermédiaires d’apprentissage sont : sur place, avec feinte ou pas glissé, mais applicables pour les deux techniques. Par la suite, le but suprême est de déséquilibrer l’opposant en le frappant.


LE TYPE DE FORCE UTILISEE


&


Pendant la « poussée de mains », toutes les articulations, qui servent de leviers, sont légèrement pliées. La force émise, ou utilisée en défense, est multidirectionnelle. C’est la force que nous avons expérimentée en posture et pendant les étapes d’"essayer la force" et de  "sortir la force". Souvent, elle prend la forme d’une spirale. Les cercles effectués par les avant-bras contiennent obligatoirement cette force en spirale. Elle provient des mouvements de l’ensemble du corps. Ces cercles s’orientent horizontalement, verticalement ou en linéaire et en diagonale. Que l’on attaque ou que l’on défende, ces forces doivent se combiner. La force est émise au point de contact des avant-bras et elle atteint l’axe de l’opposant. La mutation d’un type de force à un autre est caractéristique de l’entraînement du Tui Shou et affecte les changements du mouvement. Le déplacement est la base de la réussite de notre attaque ou de l’efficacité de la défense : demi-pas ou pas entier, sur ligne droite, en décalage ou en cercle.
Si le Yi (intention, image mentale en action) stimule continuellement le système nerveux et innerve son réseau, la force de résistance multidirectionnelle est ressentie par le corps en mouvement.

Cette force est disponible en permanence pour être émise en action (attaque) ou en réaction (défense, contre-attaque). La personne devient comme un énorme ballon élastique et dense sur lequel on peut presser ou frapper indifféremment sur toute la surface : nous sommes repoussés instantanément d’une manière plus ou moins explosive. Cela dépend de la force exercée sur le ballon.
Pousser ou se faire pousser par quelqu’un qui possède cette force donne la sensation d’une élasticité laquelle, bien mesurée, est de nature non rugueuse et même agréable. Elle est émise sans contraction musculaire et avec une souplesse apparente, parce que l’ensemble de la force est réparti dans tout le corps. Non contrôlée, elle est ressentie comme la percussion d’une voiture qui vous éjecte.
Par contre, si le mouvement se fait sans qu’il soit rempli par le Yi (intention), toute cette force disparaît. Dans ce cas, l’expression des mouvements est dure, brutale, carré, cassante, accompagnée d’une contraction musculaire due à l’utilisation partielle du corps. Dans ce cas, on remarque aussi une élévation inconsidérée du rythme cardio-pulmonaire.


&
 
canakkalecanakkale canakkalecanakkale canakkalecanakkale